Plus de 40 ans sur le marché + propre production en Chine et en Indonésie

 Météorites - signification et effet



Les météorites aident à remettre en question de manière critique ses intentions, projets et objectifs formulés en début d'année. De nouveaux points de vue peuvent être adoptés, des aspects jusqu'alors inconnus sont examinés avec attention, des structures dépassées sont surmontées. Beaucoup de choses sont maintenant mises à l'épreuve afin de mettre en route les changements encore nécessaires.  ; Dans ce contexte, les Météorites sont aussi des aides précieuses qui renforcent la transformation d'impulsions spontanées en actions énergiques

Vous trouverez des Météorites ici dans notre boutique en ligne, des pièces uniques plus grandes dans notre exposition-vente pour revendeurs à Ludwigsburg.

Le nom de météorite vient soit du grec "meteoron" ;, qui se traduit par "phénomène céleste" ;, soit du grec ancien "meteoros" ; ("soulevé", "haut dans les airs"). Les synonymes de cette pierre jusqu'au 20e siècle étaient pierre météorique, avant cela, on utilisait aussi aérolithe ou pierre céleste. Comme les météorites proviennent du système solaire, elles sont des témoins uniques de la formation de notre système solaire et sont généralement plus anciennes que notre Terre. Elles permettent donc d'avoir un aperçu précieux des premiers temps de notre planète et revêtent une grande importance pour l'étude de celle-ci.

Selon la classification moderne, les météorites sont considérées comme des roches, indépendamment de leur composition chimique. On fait la distinction entre météoroïde et météorite. Les météoroïdes soit se consument complètement en entrant dans l'atmosphère terrestre avec un phénomène lumineux associé qui commence à une altitude d'environ 100 km (météore), soit se posent sur le sol. Une fois sur Terre, on les appelle alors des météorites.


En tant que fragments interplanétaires, ils proviennent soit d'astéroïdes (petites planètes) de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, soit de comètes qui passent parfois à proximité de la Terre depuis les confins de notre système solaire. Plus rarement encore, ce sont des débris de la Lune ou de Mars qui sont éjectés par des impacts d'astéroïdes. Si ces débris parviennent jusqu'à la Terre, ils peuvent atteindre une vitesse de plus de 70 km par seconde ou 260 000 km/h et sont chauffés par l'atmosphère de la Terre (chaleur de friction). Il se forme ainsi des phénomènes de fusion typiques à la surface des intrus. Leur composition est soit des pierres, soit du fer, soit un mélange des deux composants. C'est pourquoi ces roches interplanétaires sont grossièrement classées en météorites ferreuses (également appelées fer céleste ou fer météorique), météorites ferreuses pierreuses ou météorites pierreuses.

Les météorites, outre leur classification chimique et pétrologique, sont classées selon :
- les classes d'altération, c'est-à-dire le degré d'altération depuis leur rencontre avec la surface terrestre, qui se traduit soit par la transformation des métaux en oxydes ainsi que des silicates en minéraux argileux dans les Pièces polies, soit par l'intensité de la coloration brune due aux oxydes de fer visible sur les surfaces de fracture
- les classes de choc lors du détachement du corps parent, qui peut entraîner une sorte de métamorphisme ou des structures de fracture (petites fissures)
- trois âges différents : l'âge de formation, l'âge d'irradiation et l'âge terrestre
- la structure interne des objets découverts:
a. structure indifférenciée, sans coquille : chondrites
b. structure différenciée : ces corps célestes présentent généralement une structure en coquille comme la Terre et proviennent en conséquence principalement d'astéroïdes. Une autre subdivision est faite en fonction de la zone de l'astéroïde d'où provient le fragment : achondrite (manteau), météorite ferreuse (noyau) et météorite ferrugineuse (zone de transition entre le noyau et le manteau)

Les météorites ferrugineuses pures présentent une structure cubique lamellaire composée de différents alliages, appelée figures de Widmannstätten. Cette structure en treillis avec des plans qui se croisent reflète de manière imposante la structure hétérogène que le fer terrestre ne présente pas, car cette structure ne peut se former que lorsqu'un corps métallique en fusion se refroidit très lentement, pendant des millions d'années. Comme de tels temps de refroidissement ne sont atteints qu'au cœur des corps célestes, un objet trouvé présentant cette structure peut donc être clairement identifié comme une météorite. Il existe toutefois des météorites de fer qui ne présentent pas de figures de Widmanstätten ; leur absence n'exclut donc pas nécessairement la présence d'une météorite. Un autre critère peut être une teneur en nickel d'au moins 4 % pour prouver qu'il s'agit d'une météorite de fer. On distingue trois alliages en fonction de la teneur en nickel : la camazite, la taenite et la plésite. Le cobalt et le cuivre ont également pu être détectés comme éléments supplémentaires.

Les météorites rocheuses contiennent des minéraux silicatés également connus sur Terre, par exemple le Diopside, la Serpentine, la Serpatite, l'Orthoclase, l'Hypersthène, le Péridot, le Plagioclase, la Magnétite et le Diamant. Lorsque ces silicates sont intégrés sous forme de grains de la taille d'un millimètre à celle d'un petit pois (du grec chondros = grain) dans une matrice de fer au nickel subordonnée, on les appelle chondrites. Les chondrites représentent environ 93% de toutes les météorites pierreuses et contiennent les premiers et donc les plus anciens éléments chimiques, mais aussi les plus lourds, qui se sont formés dans le système solaire par fusion nucléaire. On y trouve également de petites particules métalliques de fer qui sont magnétiques ; un test avec un aimant peut donc facilement être effectué pour prouver l'origine cosmique des chondrites. En revanche, les achondrites, plutôt rares en termes relatifs, possèdent une structure basaltique, en grande partie dépourvue de fer nickelé, sans grains, et une croûte de fusion généralement noire et brillante.

Si la teneur en fer nickelé est un composant principal, à côté de minéraux intercalés comme le péridot, le pyroxène et le plagioclase, les météorites sont appelées météorites à fer de roche . Un représentant connu de ce groupe est la pallasite qui, outre le fer nickelé, contient surtout du péridot. La Pallasite représente donc en même temps la matière originelle de notre Terre, car notre planète natale est constituée en grande partie d'un noyau de nickel et de fer et du manteau terrestre contenant du péridot.


Vous trouverez des météorites à revendre ici dans notre boutique en ligne

Typiquement, toutes les météorites ont un aspect siliceux ou scoriacé. Les météorites pierreuses ont une couleur noire charbonneuse, brune ou éclatée. Si elles contiennent du fer, elles présentent plutôt des couleurs que l'on connaît pour d'autres minéraux ferreux, c'est-à-dire des tons gris fer à brun rouille, et selon la teneur en fer, l'éclat métallique typique. Les pseudo-météorites ressemblent beaucoup aux témoins extraterrestres, mais sont ensuite clairement démasquées comme étant d'origine terrestre en raison de leur composition.

La plupart des étoiles filantes qui atteignent notre planète se consument en entrant dans l'atmosphère. Ce n'est que dans de rares cas que des fragments atteignent la surface de la Terre. Parmi eux, la plupart des météorites s'écrasent dans les océans, qui constituent la majeure partie de la surface terrestre. Toutes les autres atteignent les terres émergées, où elles se trouvent généralement dans des zones inhabitées, et ne sont donc pas détectées. La part encore infime est trouvée et peut finalement être documentée. Pour compliquer encore les choses, ce matériau cosmique doit se distinguer visuellement des roches environnantes sur le lieu de sa découverte pour être perçu et s'altère facilement en raison de l'oxydation du fer métallique qui n'est pas stable à la surface de la Terre. La dégradation est plus rapide dans nos climats tempérés que dans les régions arides (déserts), où l'eau fait défaut, ou dans les régions glaciaires (Antarctique), qui gèlent les objets trouvés. Grâce à une meilleure conservation, ils peuvent ainsi s'accumuler pendant des millénaires, être protégés des intempéries par de nouvelles couches de sédiments et être conservés pour de longues périodes. Libérées par des processus d'altération récents (fonte des glaciers, érosion éolienne dans les déserts chauds), on trouve alors de véritables champs de météorites ("pièges à météorites" ;). De nombreux facteurs jouent donc un rôle dans la survie d'une météorite et, par conséquent, dans sa découverte. C'est pourquoi les météorites sont très rares et précieuses.

Les témoins de l'espace se trouvent dans le monde entier
. Les gisements les plus importants se trouvent en Namibie, en Ukraine, au Mexique, au Chili, aux États-Unis, en Russie, en Chine, en Australie et en Argentine. Les pièces trouvées sont généralement nommées d'après leur lieu de découverte (lieu, rivière, etc.). La plus grande météorite au monde, une météorite de fer appelée Hoba, pèse 60 tonnes et a été trouvée en Namibie en 1920. La météorite de Nogata, datant de 861 après J.-C., est le premier cas observé dans le monde dont on conserve encore des matériaux aujourd'hui, mais en Europe, c'est la météorite d'Elbogen en Bohème, datant de 1400 après J.-C. On trouve des météorites largement altérées, qui ne sont plus reconnaissables que par leur structure, par ex.Il se peut aussi que l'atmosphère terrestre freine les météorites, surtout les plus petites, de telle sorte qu'elles tombent au sol en chute libre ou qu'elles se désintègrent de manière explosive. Des études ont montré qu'il y avait en moyenne cinq chutes de météorites observées par an entre 1970 et 2009. En réalité, ce nombre est bien plus élevé. Le résultat d'une estimation à partir des trajectoires de météores enregistrées par photographie montre que 19.000 cas sont répartis sur la surface totale de la Terre et que 5800 cas sont enregistrés sur la surface terrestre de la Terre. Transposé à l'Allemagne, cela représenterait environ 14 impacts par an.

De petites fractures ou des fissures capillaires peuvent être à l'origine de la rupture d'une météorite en plusieurs fragments lors de son entrée dans l'atmosphère terrestre et de la formation d'un cratère d'impact à différents endroits. Un tel événement multiple très connu est le Nördlinger Ries et le bassin de Steinheim du Miocène. Sous l'effet de la chaleur de l'impact, les roches environnantes sont fondues, se refroidissent très rapidement et tombent sous forme de Tectite. Ce verre naturel est donc le produit d'un cratère d'impact et non une météorite, même si cela a été écrit à plusieurs reprises. Les tectites sont nommées d'après leur lieu de découverte (localité type), par exemple la moldavite (Moldavie) ou le verre lybique (Lybie).

Plus d'informations sur la moldavite et la tectite ici.



Les météorites ont été utilisées pour fabriquer des objets de culte, des outils et des armes ou ont été utilisées à des fins religieuses. En Égypte, on a trouvé des perles de fer contenant 7,5 % de nickel datant de 3500 à 3000 avant JC, ce qui suggère une origine météorique, d'autant plus que cette date est antérieure à l'âge du fer proprement dit. Une lame de poignard provenant de la tombe de Toutankhamon aurait également été fabriquée à partir de fer météoritique. Les récits d'étoiles filantes sont connus depuis environ 470 av. J.-C. par l'écrivain grec Plutarque. L'étude scientifique des météorites a commencé à la fin du 18e siècle. Le Musée d'histoire naturelle de Vienne abrite la plus ancienne collection de météorites au monde et, avec environ 1100 objets, la plus grande collection de ce type. On y trouve également la météorite de Hraschina datant de 1751. On estime qu'environ 45 000 météorites sont conservées dans des collections privées et publiques.

En tant que pierres médicinales, les météorites n'ont que peu d'importance en raison de leur rareté et donc de leur prix généralement élevé. Outre l'importance des météorites pour les sciences naturelles et leur utilisation comme objets de collection, les hommes associent de nombreux mythes et traditions à ces voyageurs uniques venus de l'espace. Elles sont censées être des porte-bonheur et nous accompagner et nous soutenir dans la mise en œuvre active d'impulsions spontanées. De nos jours, ce matériau est également utilisé comme bijou ou pour les couteaux.

Vous trouverez des météorites ici dans notre boutique en ligne

Formule chimique, classe minérale : Les météorites de fer sont constituées d'une structure hétérogène de trois alliages de nickel et de fer
Camazite : fer avec moins de 7% de nickel,
Taénite : fer avec plus de 25% de nickel et
Plessite : Mélange de taenite et de camazite

Formation: Les météorites de fer sont des roches interplanétaires datant de l'époque primitive de notre système solaire

Couleur, éclat: gris fer, en partie avec croûte brun rouille, éclat métallique à mat

Système cristallin : cubique

Dureté de la moelle : 4 à 5

Scabilité : pas de scissiparité, cassure en crochet

Gisements, principaux pays fournisseurs : Namibie, Russie, Chine, Etats-Unis, Mexique, Chili, Argentine